Permis de parents

Permis de parents

Dans un article publié sur « Le Plus » du NouvelObs.com, le sociologue Julien Billion propose au Président de la république la mise en place d’un « permis de parents ». Dans cet article il pose les questions suivantes : « Savoir conduire, serait-il plus important que savoir être parent ? Conduire s’apprendrait alors qu’être parent serait inné ? ».

Voilà en 5 points clés ma réponse à cette effrayante proposition de permis de parents !

1. Une information de base qu’il est bon de rappeler : contrairement au code de la route, il n’existe pas de règles pour bien élever un enfant ! La seule règle valable qui existe c’est de se faire confiance et de faire confiance à son enfant ! Si l’écoute et la bienveillance sont là, les enfants feront des adultes équilibrés sans que l’Etat n’ait à intervenir là-dedans !

2. Une conviction pour laquelle je milite jour après jour dans mon cabinet et dans mes ateliers : les parents sont les experts de leur bébé ! Vos soi-disant experts ne peuvent que les accompagner dans le développement de leur confiance en leur compétence parentale. Il me semble que les parents reçoivent bien assez de conseils contradictoires comme ça, c’est d’ailleurs ce qui les perd et les éloigne de leurs capacités intuitives à prendre soin de leurs enfants ! Les aidez à reprendre confiance en eux, à faire face à la fatigue, à gérer les émotions pour mieux se mettre à l’écoute de leur bébé et de leur intuition : voilà le véritable rôle de vos experts et voilà qui serait vraiment utile !

3. Les parents parfaits n’existent pas !!! De façon innée et universelle les parents espèrent l’être mais c’est im-po-ssi-ble ! Pourquoi ? Parce les bébés n’arrivent pas avec un mode d’emploi à respecter pas à pas ! Parce qu’il n’y a pas un modèle d’enfant et/ou un modèle de parent plus valable qu’un autre. Vouloir règlementer cette expérience empirique qu’est la parentalité est une aberration !

4. Vous proposez de « soulager les parents de leurs angoisses ». A mon humble avis ce qui soulagerait grandement les parents de leurs angoisses, c’est qu’on arrête de les infantiliser en leur laissant croire que des experts savent mieux qu’eux comment élever leur enfant et le rendre heureux ! Ce qui soulagerait les parents c’est qu’on leur donne la possibilité d’être au côté de leur enfant sans que leur carrière ou leur niveau de vie ne soit mis en péril ! Ou encore de savoir que lorsqu’ils devront reprendre le travail, ils auront une solution de garde de confiance ! Ce qui soulagerait les parents c’est de savoir que lorsque leur petit entrera à l’école, les enseignants auront les moyens de travailler dans la bienveillance et le respect des enfants dont ils auront la charge pour favoriser la curiosité d’apprendre sans chercher à les normaliser ! Voilà ce qui sans aucun doute soulagerait les parents de leurs angoisses ! Et, si je peux me permettre, il y a encore du boulot !!!

5. Pour finir, je serais curieuse de savoir ce qui se passerait en cas de bébé désiré mais arrivé plus tôt que prévu ? Condamneriez-vous à avorter, les parents qui auraient osé procréer avant de passer le « permis du parfait parent » ??? Soyons sérieux Monsieur Billion !

En revanche, là où je vous rejoins c’est que le métier de Parents, même si c’est un grand bonheur, est l’un des plus difficiles, des plus exigeants, des plus bouleversants et des plus stressants que je connaisse. C’est aussi l’un des plus décisifs car nos comportements ont des conséquences considérables sur le bien-être de nos enfants et des adultes (donc des citoyens) qu’ils deviendront.

C’est également le seul métier dans lequel on entre sans formation, sans préparation … Les livres et les magazines destinés aux parents peuvent parfois être une ressource utile car ils permettent (parfois) de se rassurer et peuvent également aider à comprendre les grandes étapes du développement de l’enfant et ainsi à mieux adapter nos attentes. Mais bien souvent ces manuels n’indiquent pas comment vivre notre voyage intérieur de parents, comment trouver et avancer sur notre propre chemin. Je suis convaincue que devenir parent c’est un voyage initiatique personnel et intime qui ne peut venir que du plus profond de nous-même. Il n’existe aucune recette « clé en main », nous devons apprendre à nous faire confiance, à faire confiance à notre enfant, à écouter nos alarmes intérieures et toujours garder à l’esprit l’objectif de notre travail de parent si bien défini par Job Kabat-Zinn dans son livre « A chaque jour ses prodiges » : « Aider nos enfants à grandir, les protéger et les guider jusqu’à ce qu’ils soient prêts à s’élancer sur leur propre chemin ».

J’ai le sentiment que pour le plus important pour atteindre cet objectif, c’est d’être authentiques, cohérents, bienveillants et présents à nos enfants et à nous-mêmes. Que viendrait faire l’Etat là-dedans ?

Futurs parents, jeunes parents : ne laissez personne vous dicter votre conduite, écoutez-vous, faites-vous confiance, informez-vous, si nécessaire faites-vous accompagner par des professionnels formés et respectueux de votre projet familial, donnez-vous le permis de parents et rappelez-vous que le meilleur chemin pour élever votre enfant : c’est le vôtre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ouvrir chat
1
Vous avez une question ?
Vous avez une question ?
Cliquez sur la flèche pour démarrer la discussion.
Julie Lemaire