Essais bébé : doublez vos chances de succès avec Mia Fievez !

Je reçois parfois des messages de femmes qui rencontrent des difficultés pour avoir un enfant et qui me demandent des conseils pour soutenir leur démarche de « procréation médicalement assistée ».

C’est vrai que j’aborde peu ces questions sur ce blog … à la fois parce que même avec toute l’empathie du monde, j’ai bien conscience de ne pas pouvoir mesurer l’épreuve que ces femmes traversent mais aussi parce que contrairement à la fatigue, au stress ou au blues des jeunes mamans : je n’avais pas de solutions à leur proposer !

Et puis j’ai rencontré Mia Fievez, une jeune femme aux yeux qui pétillent comme je les aime !

 

Mia Fievez

  • Mia, qui es-tu ?

Je suis thérapeute spécialisée en fertilité et coach certifiée, et surtout, après plus de 4 ans et demi d’un parcours d’infertilité, je suis l’heureuse maman d’un petit garçon.  Atteinte d’une forme d’endométriose (adénomyose) et du SOPK (syndrome des ovaires polykystiques), devenir maman a été l’épreuve la plus éprouvante de ma vie.
Voilà pourquoi j’ai décidé de mettre mes compétences professionnelles et personnelles au service de celles qui vivent ce que j’ai vécu.
Je suis aujourd’hui rédactrice du Magazine Positives ! distribué gratuitement dans la majorité des centres PMA en France (et consultable en ligne également pour celles qui n’ont pu se le procurer)
J’écris également pour le magazine Parole de Mamans, rubrique infertilité, j’ai mis en place des partenariats avec des cliniques spécialisées en PMA, et j’interviens régulièrement comme conférencière sur des événements liés à la fertilité.
Mon objectif est d’accompagner les femmes confrontées à l’infertilité, en leur apportant une aide essentiellement émotionnelle, puisque non prise en charge (ou trop peu) par le médical, pour leur permettre de mieux vivre ce parcours tout en doublant leurs chances de réussite grâce à la réduction du taux de cortisol (= hormone du stress).

 

  • Quelles sont les plus grandes difficultés des femmes qui cherchent à avoir un enfant ?

Il y en a tellement ! Si on parle de l’aspect médical, évidemment je pense à tout ce que le corps doit endurer (les examens à répétition, les injections, nos hormones qui jouent au yoyo, les kilos qu’on peut prendre avec les traitements, etc.).  Mais pour moi, les plus grosses difficultés sont essentiellement au niveau du moral.  S’il y a bien un maître mot dans l’histoire, c’est l’attente.  Dans ce parcours, tu passes ton temps à attendre tes rdv, les examens, les diagnostics, les rdv suivants, les résultats, etc.  Et bien sûr, tout cela a des répercussions morales : tu t’enfermes dans un spirale négative, où l’incertitude pèse lourd, où le couple en prend un coup, et où les relations aux autres sont parfois pénibles (il faut parfois affronter les remarques involontaires mais blessantes de l’entourage ou même filer en douce au resto pour aller faire tes piqûres dans les toilettes!).

 

  • Pourquoi ça bloque d’après toi ?

Tu sais, aujourd’hui nous avons la « chance » de pouvoir maîtriser notre fertilité, ce qui n’était pas le cas avant.  Avec la contraception et nos modes de vie actuels, nous pouvons décider du moment où nous voulons un enfant.  Nous pouvons décider de faire des études, de trouver l’homme idéal, de faire une carrière, de s’installer, etc. avant de faire un enfant.  Ce qui inévitablement, entraîne des grossesses de plus en plus tardives (avec une courbe de fertilité qui baisse avec l’âge).  En outre, nous nous posons une quantité de questions : est-ce la bonne personne ? le bon moment ? ne vaudrait-il pas mieux avoir acheté son logement avant de fonder une famille ? etc etc.!

Et à force de tant se questionner, parfois il arrive que ça bloque!

Bien sûr, ne sous-estimons pas non plus la qualité de notre environnement et de ce que nous consommons (pesticides, aluminium, etc.), sans compter le fait que nous avons des enfants de plus en plus tard aujourd’hui.

 

  • Quels conseils donnerais-tu aux femmes qui rencontrent des difficultés dans leur projet bébé ?

Je dirais, dans l’ordre :

 

1. Se poser et de réfléchir.  Pourquoi ? simplement pour faire redescendre la pression.  Il est important de se recentrer sur soi et de se poser les bonnes questions : utilisez le « pourquoi » autant que nécessaire pour obtenir les vraies réponses.  Ex :

– pourquoi est-ce que je veux un enfant ? Pour consolider mon couple par exemple

– Pourquoi est-ce que je veux consolider mon couple ? pour…

– Pourquoi est-ce que…

Trouver les vraies réponses est essentiel.  Cela permet souvent le mettre le doigt sur un blocage.

 

2. Travailler son état d’esprit ! Très souvent, je rencontre des personnes qui n’ont pas encore terminé leur parcours en PMA qu’elles prennent déjà rdv pour une seconde tentative…  Comment voulez-vous que cela fonctionne ?! Bien sûr que ce parcours est difficile, bien sûr qu’il est long.  L’idée n’est pas de se mentir à soi-même.  Simplement, de voir qu’autour de ça, il peut y avoir des choses très belles aussi : on peut se sentir renforcé dans son couple, voir qu’il y a un personnel médical souvent bienveillant, souder une amitié, etc.

Si un enfant qui apprend à marcher devait se focaliser sur le nombre de chutes qu’il fait, personne ne marcherait !  Apprendre à trouver 3 points positifs de sa journée est un merveilleux début.  Ça peut être 3 choses très simples (un bon repas, un moment avec son conjoint, un éclat de rire, peu importe).  Juste 3 choses chaque jour.  Cet exercice, je le fais systématiquement avant de m’endormir, juste au moment où je me mets au lit.  Cela me permet de me recentrer sur des choses sympas et amusantes (plutôt que sur des galères).  Résultat : on se réveille bien plus reposé car on a passé une meilleure nuit (sans ressasser ce qui ne va pas).

 

3. Se focaliser sur l’instant présent Souvent ce qui nous fait peur provient uniquement de nos pensées car on anticipe les problèmes/déceptions futurs.  Ce qui nous agace ou nous angoisse, c’est dans le futur.  Futur qui n’existe pas encore !  Ce n’est pas le fait de ne pas avoir d’enfant aujourd’hui qui me pose le plus gros problème, c’est que je me projette dans le futur (qui n’existe pas encore) en me disant que je ne pourrai jamais en avoir.

Partons du principe qu’hier n’existe plus et que demain n’est pas encore là.  Aujourd’hui, que puis-je faire pour me sentir mieux ? pour mettre toutes les chances de mon côté, etc.  Uniquement aujourd’hui.

C’est d’ailleurs un point que tu travailles beaucoup toi aussi grâce à la méditation.

 

4. Se faire accompagner

Pour de nombreuses raisons, on n’imagine pas une seconde que se faire accompagner peut changer complètement la suite de son parcours.
Et pourtant… Il est important de comprendre que stress et fertilité ne fait pas bon ménage et qu’en vivant l’infertilité, on entre dans un cercle vicieux : le fait de ne pas avoir d’enfant finit par nous stresser et réduit encore plus nos chances de réussite.

Un accompagnement adapté permet de réduire le taux de cortisol (= hormone du stress) et de prolactine, et par conséquent, de booster sa fertilité en améliorant l’ovulation.

Cela a été démontré par de nombreuses études scientifiques, la plus récente ayant été menée à Harvard.

C’est sûr que le repérage des petits bonheurs quotidien, l’ancrage dans le moment présent et l’unité corps-esprit sont au cœur même de mon message ! Pas de hasard dans notre rencontre ! 🙂

 

  • Pourrais-tu nous présenter ton programme ? Comment ça fonctionne ?

 Je vais même faire mieux que le présenter, je vais offrir un atelier vidéo pour aider les femmes qui vivent ce parcours !
Il suffit de cliquer sur ce lien pour y accéder : https://bit.ly/2xsH86J
Les programmes que je propose sont des programmes qui permettent de redevenir véritablement actrice de son projet de maternité.  Ils se font en ligne, dans le confort de son salon et en toute intimité.
J’aborde la partie émotionnelle mais également physique à travers l’alimentation, l’hygiène de vie et les méthodes alternatives (acupuncture, yoga, sophrologie) grâce à de nombreux experts qui se sont joins à moi et dont tu fais partie.
  • Comment t’est venue l’idée de créer ce programme en ligne ?

Quelques mois après avoir eu mon fils, j’étais tellement heureuse grâce à lui, que je me suis dit qu’il fallait que je transmette mon expérience à d’autres, qu’il fallait que ceux qui le veulent vraiment puissent eux aussi connaître ce bonheur.

Dans mon parcours, je me suis rendu compte qu’on perd toute son intimité et qu’on n’a pas forcément envie de se faire « analyser » une fois de plus.  Faire ce programme à son rythme, chez soi, quand on veut permet de garder son anonymat, sa pudeur. Ce programme, je l’ai conçu comme j’aurais voulu être accompagnée à l’époque.

 

  • Est-ce que cela convient aussi à ceux pour qui un problème médical a été diagnostiqué ?

Bien sûr! Cela convient tant à ceux qui ont une infertilité inexpliquée (environ 15 à 20% des cas) qu’à ceux pour qui un diagnostic a été posé (endométriose, OPK, etc.).

Pourquoi est-ce que cela convient dans les deux cas, parce que comme je le disais précédemment, les pensées ont un impact sur le corps.  Il aujourd’hui établi que les maladies peuvent avoir une signification psychologique.  Cela fait d’ailleurs bien longtemps que Lise Bourbeau se préoccupe du sujet, à travers ses 22 best-sellers.

Le corps et la tête sont une seule et même entité.

L’émotionnel concerne toutes les femmes qui désespèrent à l’idée de (re)devenir mère, pathologie ou non, suivi médical en cours ou non.

 

  • En quoi est-ce différent de ce que propose les médecins ?

L’approche est tout simplement complémentaire.  Laissons la médecine faire ce qu’elle fait de mieux : s’occuper de nos corps.  Et aidons-là au maximum en nous occupant de notre mental.

En médecine chinoise, l’accompagnement médical pour les couples « infertiles » se fait tant au niveau du corps qu’au niveau du mental.  C’est dommage que chez nous, ce ne soit pas encore le cas.  Peut-être dans quelques années ?

 

Merci Mia pour toutes ces réponses ! 🙂

Pour aller plus loin

 

> Vous essayez d’avoir un enfant ? vous n’y arrivez pas ?

> Vous avez commencé un parcours en PMA (Procréation Médicalement Assistée) ? Pas encore?

> Vous en avez plus que marre d’attendre ?

> Vous vous sentez seuls et incompris ?

> Vous ne supportez plus qu’on vous dise “C’est parce que tu y penses trop” ?!

 

Bénéficiez dès maintenant de son atelier vidéo offert !

 

Et si vous n’êtes pas directement concernée alors partagez l’article pour faire connaitre son programme aux femmes de votre entourage ! 😉

 

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.